EDS

Menu

  

 

   

19, 20 et 21 mai

Le congrès national nous a permis de faire des sorties dans le cadre de l'EDS. C'est ainsi que le samedi après midi nous sommes allés faire la traversée de Suèges, en pensant qu'il n'y aurait pas beaucoup de monde.

Bon c'est raté et ça bouchonne dès l'entrée. Mort de rire, il faut même aller aider Louis qui a réussi à faire bloquer ça copine au frac. Au bout d'une heure d'attente nous rentrons dans l'antre Abyssal, heu plutôt dans un petit P10. Ça bouchonne ensuite à la première étroiture juste avant une remontée. Nous passons tous assez facilement, seul Christian essaye de faire son intéressant en se coinçant dans l'étroiture. Il y bataille pendant un certains temps. Puis encore un rappel, une étroiture, de la remontée, une autre étroiture, quelques main courantes au dessus de l'eau… Et nous voilà en bas de l'avant dernière verticale. Nous avons rattrapé l'équipe de devant. Cette montée est équipée en double. Nous en profitons pour faire des petits concours de montée, certains se font exploser. La sortie est au milieu de la falaise avec une superbe vue sur les causses environnants, c'est une super balade que nous avons faite.

 

Le lendemain nous faisons deux équipes, une qui va à Pech Nègre et une autre à La Portalerie. Thomas, Fabrice et Fred exploreront Pech Nègre en sept heures jusqu'au collecteur. Pendant ce temps nous serons huit dans La Portalerie. Peu de voiture à l'entrée, nous aidons à pousser un camping car pour le sortir de la boue.

Allez on attaque la descente, le premier puits est joli. Tout le monde le passe sans trop de problème. Puis nous accédons à l'actif, c'est superbe on se croirait dans un canyon. Les mains courantes successives nous amènent au sommet du P 10 d'où l'eau cascade en un bruit effrayant. Après avoir passé un petit lac, il reste une dernière descente qui nous amène dans une grande salle. Nous y mangeons, un pique-nique sec pour ceux qui l'avaient dans les bidons étanche. Ceux qui avaient choisi la poche du vieux campeur pour garder précieusement leur repas se sont aperçus qu'elle prend l'eau !

Nous remontons tranquillement, la main courante après le P5 du lac achèvera quelques personnes.

Tandis que certains rentrent sur Millau, nous allons avec Mathieu à l'aven Bob. Marche d'approche pluvieuse, on se trompe car je cours sans regarder les balises ! Au bout de vingt minutes nous arrivons à l'entrée du trou. C'est la première fois que Mathieu se fera un puits de cette hauteur. Quelques crispations aux différents passages de frac et de dev. On se balade au fond et je lui explique qu'à la remontée nous avons souvent moins peur qu'à la descente. Bon ça ne marche pas vraiment, je crois qu'il a eu encore plus peur qu'à la descente. La sortie c'est quand même très bien passée malgré les émotions liées au vide.

 

Ça y est, c'est déjà le dernier jour, objectif Mas Raynal. Il ne pleut plus et le soleil fait même quelques apparitions. L'aven est toujours aussi magnifique, il y a pas mal de monde à l'intérieur. Les puits latéraux et le puits principal sont équipés. Nous décidons de faire deux groupes, les tarés insensibles au vide : Fabrice, Thomas et Frédérique qui passeront par la grande verticale. Et les sept autres descendront par les petits puits. Christian a eu un peu peur à la descente, mais tout se déroule bien, il remontera sans problème. Les jeunes ont la patate, Marius arrivera même à aller au fond.

Après ces trois journées de grande et belle spéléo on se dit au revoir et à la prochaine.


 

Mercredi 1er mai au samedi 4 mai

La sortie EDS des vacances d'avril a eu lieu du mercredi 1er mai au samedi 4 mai. Nous étions cinq pour ce camp : Thomas, Victor, Fabrice, Olivier, et moi pour l'encadrement.

Nous nous sommes retrouvés à Castelnaudary pour co-voiturer, direction la clue de Terminet dans l'Aude. Le niveau d'eau est important, mais ça va le faire.

On mange un bout et on discute canyon. Bon c'est l'heure de mettre les combis puis de partir à l'entrée du canyon. Il fait beau et l'eau n'est pas trop froide. Tout ce passe bien, et tout le monde est content. Ça saute de partout, ça tourne en rond dans les vasques à cause du courant, trop cool ! Et puis faire du canyon dans du marbre rose c'est la classe. Arrivé à la plus grande vasque du parcours, nous prenons notre temps pour faire et refaire sauts et toboggans. Thomas nous gratifie même d'un saut de onze mètres !!! Dommage qu'il n'y ait pas Lisa, il aurait pu se la peter.

Après cette descente, nous allons faire un tour à Dernaceuillette, Victor et Fabrice nous attendent à la voiture tandis qu'avec Thomas et Olivier nous allons faire rapidement le canyon. Bon on se loupe la marche d'approche, Olivier rebrousse chemin et avec Thomas nous continuons dans les barthasses. Il n'y a que cinq rappels qui sont vite enchaînés. En repartant nous voyons le chemin que nous avons raté, les boules…

Il est grand temps d'arriver au gîte à Camps sur Agly. Nous prenons possessions des lieux et faisons connaissance avec des randonneurs catalans.

Le lendemain nous sortons en spéléo au Bufo Fret, cavité dans le Puech de Bugarach. La grotte est super, et la journée formidable. Nous nous baladons et remontons jusqu'à plus cent mètres dans cet antre. Victor est un peu fatigué et il est temps de faire demi tour. La cavité est équipée fixe ce qui nous facilite la progression.

Le journée du vendredi, nous permet d'effectuer les via ferrata de St Paul de Fenouillet. Nous commençons par la facile, puis après le pique nique nous nous attaquons à la plus longue. C'est un super parcours, un peu athlétique, qui nous fait parcourir une très longue arrête. En haut le vent est extrêmement violent, ça ajoute un petit air de haute montagne à la sortie.

En revenant au gîte, nous allons voir l'ermitage de Galamus. Et oui, c'est déjà la dernière soirée, le temps passe vite.

Pour le dernier jour nous allons descendre les gorges de Galamus, le niveau d'eau a baissé de la crue de la veille, tant mieux, la couleur chocolat c'est pas trop notre truc.

Bon il y a quand même de l'eau et il faut faire attention à un ou deux endroits, mais tous les obstacles passent bien. Nous faisons l'intégrale, les longs biefs de fin achèvent Victor, qui nage la tête sur le kit. Thomas s'amuse à faire peur en sortant d'un petit siphon...

L'eau glaciale est subitement réchauffée à quelques mètres de la sortie par une résurgence. Nous restons un peu dans l'eau chaude de la source. Puis nous sortons au niveau du captage. Après une marche de retour un peu raide nous cassons la croûte à côté de la voiture.

Il temps de rentrer, fatigué mais heureux de ces journées passées. Prochain rendez vous le congrès national.


 

Rassemblement Commission Jeunes Nationale.

Les 22 et 23 décembre 2012 a eu lieu le dernier week-end national de la CoJ.
C'est près de soixante jeunes (et moins jeunes) qui se sont retrouvés sur le causse de Sauveterre en Lozère. Nous étions cinq venant du Tarn, nous avons profité des cavités équipées en fixe pour découvrir ce bout de France ignorée. Franche rigolade, grottes superbes, ambiance géniale pour cette fin d'année. Vivement le prochain.

             

 

EDS

3 au 6 janvier 2013

La nouvelle année, pour les membres de l'Ecole Départementale de Spéléologie, commence bien. En effet, du 3 au 6 janvier 2013, nous nous sommes retrouvés pour quatre jours de spéléo sur le causse Méjan en Lozère.
Le jeudi, on se donne rendez vous sur le parking du Leclerc d'Albi, on fait les courses pour les jours à venir puis on part en convoi. Nous nous arrêterons juste après le viaduc de Millau pour faire la traversée du Boundoulaou. Superbe petite traversée, l'entrée et la sortie sont aériennes. Nous en profiterons pour nous tremper dès le premier jour en allant voir le siphon terminal. Ah ces jeunes…
Bon il se fait tard direction Heylzas, pour trouver le gîte déjà tout chaud.
On prend possession des lieux, un petit apéro est le bienvenu, l'ambiance se réchauffe et l'on fait petit à petit connaissance. La soirée se termine avec des crêpes, trop bon.
Allez c'est déjà bien tard il faut aller se coucher demain une grosse journée nous attend.
Vendredi matin, grand soleil, on se lève tranquillement. Olivier, depuis la veille, souhaite une grotte Horizontale, ok, pas de problème. Nous allons donc au Coutal. Certes la cavité n'est pas très profonde mais elle est très, très longue. Nous mangerons à la fin du mille pattes, puis nous irons jusqu'aux salles du fond. Nous avons également fait un petit tour dans la rivière.
Nous sortons de la cavité tard, il fait déjà nuit, et nous avons passé plus de neuf heures sous terre. Certains s'endorment déjà dans les voitures sur le chemin du retour.
Le Bœuf Bourguignon préparé la veille est vite réchauffé. On a tous faim mais Victor, lui, dort déjà. Après ce repas, nous jouons jusqu'à deux heures du matin à la bataille Africaine. J'ai bien entendu laissé gagner les autres participants. Thibault propose une infusion nuit câline, ça nous fait bien rire.
Le samedi Olivier et Victor veulent se reposer, il reste encore quelques courbatures de la veille. Nous serons donc cinq à aller à La Barelle. Heureusement que la cavité n'est pas loin du gîte car j'avais oublié ma combi…
Ça y est, tout le monde est prêt. On s'avance dans la doline pour aller à la rencontre de l'aven. C'est une très belle entrée minérale qui s'ouvre devant nous. Thomas et Thibault partent équiper les premiers ressauts. Pendant ce temps, je montre différentes techniques à Lisa et Fabrice. Nous nous retrouvons tous en bas du second puits pour manger. Je continue à faire des photos avec mes modèles préférés.
La suite c'est Thibault qui se charge de l'équiper. Il s'agit d'un puits de trente trois mètres qui fait quand même son impression. Longue main courante, et tête de puits au-dessus du vide en sont les principaux ingrédients. Il s'agit pour Lisa de ses premières vraies verticales souterraines, et elle se débrouille très bien (j'espère que c'est le seul et unique compliment que j'aurai à lui faire…).
En bas la suite part en laminoir avec quelques flaques d'eau. Personne n'a vraiment envie d'aller là dedans. On se repose un peu dans le noir complet puis il est temps de remonter. Thomas suivi de Fabrice commence à remonter. J'y vais et Lisa me suit. Pour sa première remontée sur bloqueur, le tout dans un P33, je dois bien l'avouer elle gère (arrgggh, second compliment…).
Thibault, lui, déséquipe. Je profite du second puits pour faire des photos, et quelques instants plus tard nous voilà tous ressortis. Il fait encore soleil, c'est super. Belle cavité, ambiance sympa, chouette sortie.
Nous retrouvons Olivier et Victor au gîte, ils se sont reposés toute la journée.
Ce soir c'est raclette, encore un bon repas, mais nous n'arrivons pas à convertir notre végétarienne préférée. Même le suintement de la graisse de porc des tranches de jambon frétillant sur l'appareil à raclette, n'y fera rien. Quel dommage.
Après le repas et une énième vaisselle pour le pauvre Thomas, qui ne dit rien. Nous rejouons à la bataille Africaine mais cette fois-ci tout le monde joue. Je tiens ma revanche et me fait oublier les premiers tours. Bien entendu cela ne durera pas et je serai la cible d'attaques des plus grandes crevures que je connaisse. C'est incroyable, mais c'est comme ça. Et comme la veille, Thomas continue sa collection de cartes !
Il est temps d'aller dormir, demain c'est le dernier jour, il faudra tout ranger, nettoyer et même aller sous terre.
Le réveil, agréable, se fait doucement. Nous descendons au fur et à mesure. Puis nous nous attaquons à vider les locaux. Lisa passe la serpillière; elle a plutôt tendance à étaler la boue. Ha ces filles.
Bon les poubelles sont jetées tout le monde est prêt, direction le point sublime dans les gorges du Tarn, pour notre dernière sortie souterraine. Nous allons dans la grotte des Baumes Chaudes. Petit traversée, dans la première grotte où Martel a fait ses armes. Nous mangeons dans une des ouvertures sur l'extérieur du méandre. Après ce dernier repas en bonne compagnie, nous allons voir le P 20 où des crânes préhistoriques trépanés ont été retrouvés. Nous ressortons et remontons jusqu'aux voitures. C'est le moment des adieux, ça fait un peu bizarre, on aimerait rester encore un peu, en profiter plus. C'est promis on se reverra.
Ce premier mini camp s'est très bien passé, l'expérience est à renouveler.

Participants :
ABIMES : Thomas
ASCA : Thibault.
SRSASR : Lisa, Fabrice, Olivier, Thomas, Victor.