Gouffre du Mail 2014

 

 

Gouffre du Mail 2014

 

 

         Préambule : En septembre 2013, avec Nicolas nous avons entrepris une escalade au puits de la dalle couchée à la cote – 600. Cette escalade nous a permis de prendre pied sur un fossile aval. Malheureusement la joie a été de courte durée, mère nature ne faisant jamais de choses très large sur massif. Nous sommes remontés après avoir cassé 4 mètres d’étroiture. Le visu sur la suite était prometteur.

 

En mai juin de cette année, j’ai repris contact avec Medhy qui avait passé une année au club d’Abimes. Je lui propose le projet, et content il vient me préter main forte. La première descente ne donera rien, la perfo prétée pour l’occasion tombe en rade. Il s’agit là du premier aller-retour d’une longue série.

La descente suivante, toujours en compagnie de Medhy nous permet d’atteindre le vide tellement convoité, quel dommage une étroiture infame suivie d’une scabreusement désescalade nous amène dans une rotonde de 4 mètres de long pour 1,5 de large. Devant c’est toujours étroit mais un échos lointain se fait entendre. Durant 4 sorties j’irai désober seul au fond de ce trou informant Karim à chaque descente. Ces descentes seront efficaces et le dimanche 24 août je suis fixé sur la suite, c’est bien de la première dans du fossile, beau, grand, avec courant d’air ; que demander de plus ? Du monde pour la partager avec moi.

Chose faite c’est ainsi que le lundi 1 septembre au soir je me retrouve avec Medhy et Arthur pour préparer l’explo du lendemain. Ce mardi 2 septembre nous a permis d’atteindre le fond du gouffre du mail, arrêt sur siphon dans les environs des – 700. Le collecteur tant espéré n’a pas été au rendez-vous, il doit exister une grande zone noyée sous ce massif. Le camp d’été de 2015 pourra avoir comme objectifs de réaliser des photos, de faire la topo du fond, il reste également quelques galeries à explorer mais plutôt de l’amont. Et peut être même de patauger dans ce siphon ? Enfin, ce sera le moment de déséquiper ce trou qui nous aura tous pris de nombreuses années d’exploration.

 

Thomas